La réinsertion professionnelle des bénéficiares de l'aide sociale en Suisse et en Allemagne

TitreLa réinsertion professionnelle des bénéficiares de l'aide sociale en Suisse et en Allemagne
Type de publicationJournal Article
Year of Publication2013
AuteursBonoli, G, Champion, C
JournalCahiers de l'IDHEAP
Volume2013
Nombre281
Pagination1-66
PublisherIDHEAP
Place PublishedLausanne
Résumé

Parmi les régimes sociaux pour les personnes sans emploi en âge de travailler, l’aide sociale compte parmi ceux qui ont été confrontés aux plus grands changements au cours des vingt dernières années. Durant cette période, le nombre et le profil des bénéficiaires a évolué à un tel point qu’il devient aujourd’hui difficile de considérer l’aide sociale uniquement sous le prisme d’un dernier filet de protection sociale intervenant pour une minorité d’individus fortement marginalisés socialement. Aujourd’hui, accompagnant une hausse régulière du nombre de bénéficiaires, le public de l’aide sociale est devenu beaucoup plus hétérogène, incorporant une frange de plus en plus importante de personnes pour qui le chômage de longue durée ou le sous-emploi constituent de fait le principal problème. Loin d’être un phénomène typiquement suisse, la transformation radicale du public touchant des prestations d’aide sociale a en fait touché l’ensemble des pays européens.
Ces développements questionnent fondamentalement la mission de l’aide sociale. Traditionnellement, deux missions ont été au centre de l’aide sociale: garantir le minimum vital et favoriser l’intégration sociale des personnes les plus marginalisées socialement. Toutefois, aujourd’hui, avec l’émergence de nouveaux publics, se pose crucialement la question de la réorientation des régimes d’aide sociale vers une prise en charge visant le retour sur le premier marché du travail à plus ou moins long terme. De quels types de mesures de réinsertion professionnelle et de services de placement les bénéficiaires de l’aide sociale disposent-ils en Suisse? Quels dispositifs organisationnels permettent-ils de garantir une prise en charge orientée vers l’emploi adaptée aux bénéficiaires de l’aide sociale?
En Suisse, bien que la réinsertion professionnelle soit désormais considérée comme une mission intégrale de l’aide sociale au niveau politique, il existe encore peu d’études empiriques sur les pratiques effectives mises en place dans les différents cantons en matière d’aide à la réinsertion professionnelle des bénéficiaires de l’aide sociale. Sans prétendre à l’exhaustivité, cette étude dresse un état des lieux de la situation actuelle en Suisse sur la base des quelques études existantes et d’une enquête par questionnaire réalisée auprès des responsables cantonaux en 2011. Malgré d’importantes différences entre et à l’intérieur des cantons et de nombreuses lacunes dans les données statistiques, un des principaux résultats qui ressort de cette étude est que l’accès des bénéficiaires de l’aide sociale à une prise en charge orientée emploi en Suisse reste problématique à plusieurs égards. En effet, alors que l’offre développée par les services sociaux en matière de mesures de réinsertion professionnelle reste souvent restreinte, d’autres pratiques telles que la collaboration interinstitutionnelle ou le recours aux ORP pour les services de placement présentent aussi plusieurs limites. Une comparaison avec la situation en Allemagne, qui a complètement réorganisé la prise en charge de ses chômeurs de longue durée en 2005 en créant une prestation financière et une structure de prise en charge spécifique à cette catégorie de sans-emplois, confirme le potentiel d’amélioration des efforts réalisés en Suisse, particulièrement en ce qui concerne l’importance accordée au retour à l’emploi et l’accès aux mesures de réinsertion professionnelle les plus prometteuses. Toutefois, et malgré une réduction significative du nombre de chômeurs de longue durée depuis l’introduction de la réforme Hartz IV en 2005, l’expérience allemande indique que la mise sur pied d’une structure spécialisée n’est pas non plus sans créer des problèmes, et que, plus généralement, il est difficile d’imputer le succès d’une politique de réinsertion professionnelle pour les bénéficiaires de l’aide sociale uniquement à son modèle organisationnel.

URLhttp://www.idheap.ch/idheap.nsf/go/47E16FC4BB8AC81DC1257B81002955A7