Communiqué de presse - Réduire sa consommation d’énergie : les intentions incohérentes des Suisses

Communiqué de presse - Réduire sa consommation d’énergie : les intentions incohérentes des Suisses

Alors que la consommation d’énergies fossiles augmente et que la prise de conscience globale du réchauffement climatique progresse, les intentions des ménages de réduire leur propre consommation suivent peu. Le nouveau numéro de la revue Social Change in Switzerland montre à l’aide d’une enquête menée auprès de 5000 ménages que seul un tiers des individus déclarent vouloir réduire leur empreinte carbone. De plus, parmi ces derniers, cette intention se traduit peu dans des intentions concrètes au niveau de l’utilisation de la voiture, de l’électricité ou du chauffage.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs Mehdi Farsi, Laurent Ott et Sylvain Weber de l’Université de Neuchâtel analysent les enquêtes annuelles sur la demande d’énergie 2016-2019. Ils montrent que seuls 25% des répondants se déclarent favorables à une réduction de l’utilisation de leur voiture alors que 33% déclarent vouloir réduire leur empreinte carbone. Les femmes, les jeunes et les habitants des villes sont globalement plus disposés à réduire leur empreinte carbone ainsi que leur consommation d’énergie à travers une utilisation moindre de la voiture, du chauffage et de l’électricité. Les jeunes femmes soutiennent également davantage la grève du climat. 

Connaissance ne rime pas avec intention 

De ces enquêtes ressort également que les hommes et les personnes âgées de plus de 55 ans ont une meilleure compréhension de l’énergie et de son impact climatique. Mais un bon niveau de connaissances ne s’accompagne pas d’intentions plus favorables quant à une réduction de la consommation énergétique. En effet, les groupes de personnes avec de meilleures connaissances en matière énergétique semblent moins disposés à modifier leurs comportements. Informer la population n’est donc pas suffisant pour réduire la consommation d’énergie. 

Une taxe CO2 floue mais bien acceptée 

En interrogeant les individus sur la taxe CO2, l’enquête montre que celle-ci est souvent mal comprise voire même ignorée. Alors que la taxe CO2 s’élève à plus de 25% du prix du combustible (mazout et gaz), une minorité importante des répondants ne se rend pas compte qu’ils la paient. Or, si de larges pans de la population ignorent une taxe, il est inutile de s'attendre à ce que celle-ci puisse modifier leur comportement au niveau de l’utilisation énergétique. Néanmoins, les trois chercheurs mettent en lumière que les Suisses, à l’exception des jeunes vivant en zone rurale, soutiendraient cette taxe lors d’une votation populaire. 

>> M. Farsi, L. Ott & S. Weber (2020). Les intentions contradictoires des Suisses vis-à-vis de leur consommation d'énergieSocial Change in Switzerland N° 21, 
www.socialchangeswitzerland.ch

Contact : Sylvain Weber, +41 32 718 14 42, sylvain.weber@unine.ch

La série Social Change in Switzerland documente, en continu, l’évolution de la structure sociale en Suisse. Elle est éditée conjointement par le Centre de compétences suisse en sciences sociales FORS, le Centre de recherche sur les parcours de vie et les inégalités (Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne) LINES et le Pôle de recherche national LIVES – Surmonter la vulnérabilité: perspective du parcours de vie (PRN LIVES). Le but est de retracer le changement de l’emploi, de la famille, des revenus, de la mobilité, du vote ou du genre en Suisse. Basées sur la recherche empirique de pointe, elles s’adressent à un public plus large que les seuls spécialistes.

Communiqué de presse - Muscles et cerveau, qui entraîne qui?

Communiqué de presse - Muscles et cerveau, qui entraîne qui?

Des chercheurs du PRN LIVES et du Centre interfacultaire en sciences affectives (CISA) de l’UNIGE démontrent que le déclin des capacités cognitives après 50 ans entraîne le déclin de l’activité physique, et que contrairement à ce que la littérature suggérait jusqu’ici, la relation inverse est beaucoup moins forte.

Toutes les 10 secondes, une personne décède dans le monde à cause de l’inactivité physique, soit 3,2 millions de personnes par an selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dès l’âge de cinquante ans, on constate un déclin progressif de l’activité physique, mais aussi des capacités cognitives, car les deux sont corrélées. Mais qu’est-ce qui influe sur quoi? L’activité physique sur le cerveau ou l’inverse? Pour répondre à cette question, des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE) et du Pôle de recherche national PRN LIVES ont utilisé une base de données regroupant plus de 100’000 personnes âgées de 50 à 90 ans, dont les capacités physiques et cognitives ont été mesurées tous les deux ans pendant douze ans. Leurs résultats, à lire dans la revue Health Psychology, démontrent que contrairement à ce que l’on pensait, les capacités cognitives préviennent la sédentarité beaucoup plus que l’activité physique ne prévient le déclin des capacités cognitives. C’est donc bien notre cerveau qu’il faut entraîner en premier lieu.

Depuis plusieurs années, la littérature s’intéresse à l’impact de l’activité physique sur les aptitudes cognitives. «Des corrélations ont été établies entre ces deux éléments, notamment au niveau de la mémoire, mais aussi de la croissance et de la survie de nouveaux neurones, explique Boris Cheval, chercheur au Centre interfacultaire en sciences affectives (CISA) de l’UNIGE. Mais on n’a encore jamais formellement testé qui précède qui : est-ce l’activité physique qui prévient le déclin des aptitudes cognitives ou l’inverse ? C’est ce que nous avons voulu vérifier.»

Qui de l’oeuf ou de la poule est arrivé en premier ?

D’anciennes études fondées sur la corrélation entre l’activité physique et les aptitudes cognitives postulent que c’est la première qui prévient le déclin des secondes. «Mais est-ce que ces recherches ne raconteraient pas qu’une moitié de l’histoire? C’est ce que des études récentes suggèrent, puisqu’elles démontrent que notre cerveau est mis à contribution quand ils s’agit de s’engager dans une activité physique», continue le chercheur genevois. 

Pour tester formellement les deux options possibles, les chercheurs de l’UNIGE ont utilisé les données de l’enquête SHARE (Survey of health, aging and retirement in Europe), une base de données socio-économiques européenne réunissant plus de 25 pays. «Tous les deux ans, les capacités cognitives et le niveau d’activité physique de 105 206 adultes âgés de 50 à 90 ans ont été testées sur une période de douze ans», explique Matthieu Boisgontier, chercheur au Pôle de recherche national LIVES (PRN LIVES). Les capacités cognitives étaient mesurées par un test de fluence verbale (nommer le plus d’animaux possible en 60 secondes) et de mémoire (mémoriser 10 mots et les réciter plus tard). L’activité physique était mesurée sur une échelle de 1 («jamais») à 4 («plus d’une fois par semaine»). 

Les chercheurs genevois ont ensuite utilisé ces données dans trois modèles statistiques distincts: dans le premier, ils regardaient si l’activité physique prédisait le changement des aptitudes cognitives au cours du temps. Dans le deuxième, si les aptitudes cognitives prédisaient le changement de l’activité physique. Dans le dernier, ils testaient de manière bidirectionnelle ces deux possibilités. «Grâce à un indice statistique, nous avons constaté que le deuxième modèle était celui qui s’ajustait le plus précisément aux données des participants», se réjouit Boris Cheval. Cette étude démontre donc que ce sont principalement les capacités cognitives qui influent sur l’activité physique et non l’inverse, comme le postulait la littérature jusqu’à présent. «Évidemment, il s’agit d’un cercle vertueux, l’activité physique influence aussi nos aptitudes cérébrales, mais à la lumière de ces nouveaux résultats, elle le fait dans une moindre mesure», précise Matthieu Boisgontier.

Ralentir un déclin inévitable

Dès l’âge de 50 ans, le déclin des capacités physiques et cognitives est inéluctable. Toutefois, ces résultats démontrent que contrairement à ce que l’on pensait, c’est en agissant d’abord sur les aptitudes cérébrales qu’on pourra ralentir le déclin de ce cercle vertueux. «Cette étude renforce notre théorie qui postule que le cerveau doit fournir un véritable effort pour sortir de la sédentarité et que c’est bel et bien en travaillant sur les capacités cognitives que l’activité physique suivra», conclut Boris Cheval. 

>> Article scientifique complet - Cheval, B., Orsholits, D., Sieber, S., Courvoisier, D., Cullati, S., & Boisgontier, M. P. (2020). Relationship between decline in cognitive resources and physical activityHealth Psychology.