iStock © fotojog

Devenir parent marque la fin de l’égalité dans le couple

Dans un article pour la revue Social Change in Switzerland, René Levy fait la synthèse de trois recherches qui permettent de comprendre pourquoi les parcours de vie des femmes en Suisse sont marqués très différemment par la parentalité par rapport à ceux des hommes. Constatant un fort écart entre les valeurs d’égalité et les pratiques effectives des couples, il démontre que ce différentiel a des raisons structurelles, qu’il serait possible de faire évoluer.

En Suisse, la trajectoire professionnelle des femmes reste conditionnée par la maternité. Pour expliquer ce mécanisme, René Levy convoque trois études empiriques réalisées au cours des quinze dernières années, qui éclairent la réalité des fortes inégalités de genre toujours en vigueur.

Premier constat : c’est au moment de la naissance de leur premier enfant que les femmes changent leur rapport au travail. Pour la grande majorité des couples, la venue d’un enfant mène à une double insertion familiale et professionnelle à temps partiel chez les mères, alors que l’immense majorité des hommes a des parcours standard d’emploi à plein temps, quelle que soit leur situation familiale.

Deuxième constat : alors qu’une majorité de couples déclarent des valeurs égalitaires au moment de la première grossesse, ils ne sont plus qu’une minorité, quelques mois après la naissance, à rester cohérents avec cet idéal d’égalité dans la répartition effective des tâches domestiques. La réalité montre que la parentalité induit une très forte « retraditionnalisation » des pratiques, indépendamment des intentions de départ.

Ces deux observations s’éclairent à la lumière du troisième constat : en comparant la Suisse à d’autres pays européens, et en comparant une centaine de micro-régions suisses entre elles, on remarque que l’existence de congés parentaux et de structures d’accueil extra-familial est cruciale. Elle détermine l’amplitude avec laquelle les couples peuvent réaliser effectivement leur idéal d’équilibre égalitaire entre travail et famille.

René Levy conclut que la non-réalisation de mesures d’égalité a des effets à long terme : leur absence non seulement prétérite la situation économique des femmes à la retraite, mais produit aussi des identités genrées chez les enfants, entretenant le cycle de reproduction des inégalités de genre.

>> René Levy (2018). Devenir parents ré-active les inégalités de genre : une analyse des parcours de vie des hommes et des femmes en Suisse. Social Change in Switzerland No 14. Retrieved from www.socialchangeswitzerland.ch

Contact: René Levy, +41 21 903 11 32, rene.levy@unil.ch

La série Social Change in Switzerland documente, en continu, l’évolution de la structure sociale en Suisse. Elle est éditée conjointement par le Centre de compétences suisse en sciences sociales FORS, le Centre de recherche sur les parcours de vie et les inégalités (Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne) LINES et le Pôle de recherche national LIVES – Surmonter la vulnérabilité: perspective du parcours de vie (PRN LIVES). Le but est de retracer le changement de l’emploi, de la famille, des revenus, de la mobilité, du vote ou du genre en Suisse. Basées sur la recherche empirique de pointe, elles s’adressent à un public plus large que les seuls spécialistes.

>> Voir aussi le papier de René Levy dans Le Temps, en ligne le 23 mai 2018:
La parentalité provoque l'inégalité au sein du couple